• Chloé Berger

Le yoga, une discipline complémentaire à la naturopathie

Et si vous expérimentiez le yoga cette année ?


Le yoga, vous en avez entendu parler mais vous n’avez encore jamais essayé ? Ou bien vous avez essayé et ça ne nous vous a pas botté plus que ça ? Voire vous en avez eu une mauvaise expérience ?


Le yoga est une discipline qui nous vient de l’Inde ancienne. Il allie des exercices physiques à une approche psychologique et philosophique afin d’équilibrer le corps et l’esprit. Comme la naturopathie, il s’agit d’une approche globale et intégrative.


Le yoga s’adapte aux capacités de chacun.e, à tous les âges de la vie et à toutes les morphologies. Rassurez-vous, les postures sur la tête et le grand écart ne sont pratiqués que par une poignée de professeurs ! Malheureusement, c’est ce genre de postures ultra-exigeantes, pratiquées par des hommes et des femmes filiformes hyper-flex, qui pullulent sur les réseaux sociaux et ternissent l’image d’un yoga accessible à tou.te.s.

Je répète donc, le yoga est accessible à tou.te.s, néanmoins choisissez un cours adapté à votre niveau ! Ne vous lancez pas dans un cours de vinyasa en milieu d’année sans connaître les postures de base.


Pour les débutants, le hatha, le yin et l’iyengar sont souvent conseillés. Ils permettent d’apprendre les ajustements corrects du corps et d’éviter de vous faire mal. Parce que, comme toutes les disciplines qui mettent le corps en mouvement, le risque de blessure est possible. En yoga, l’écoute du corps est très importante. Un.e bon.ne professeur.e vous conseillera toujours des postures alternatives et ajustera votre posture pour vous éviter des bobos. Le yoga peut provoquer un inconfort mais ne doit pas provoquer de douleur, comme toute autre activité physique :)


Vous avez également la possibilité de revenir à tout moment dans une posture de repos durant les cours. Si vous êtes fatigué.e, si une douleur apparaît, revenez dans une posture de l’enfant (balasana) ou en savasana et restez-y aussi longtemps que vous le souhaitez sans vous soucier des autres.


Ne vous comparez jamais aux autres. Chaque corps est unique. Lorsque j’ai débuté la pratique du yoga, j’enviais celles.ceux qui étaient à l’aise dans certaines postures et je me vantais intérieurement quand l’inverse se produisait. Bonjour l’ego ! Aujourd’hui, je reste centrée sur mon corps et ne regarde que la.le professeur.e. Je sais que certaines postures me sont inaccessibles et ce n’est pas grave : je choisis la variante la plus facile tandis que les autres vont plus loin. Je ne me juge plus, j’accueille mes sensations corporelles en toute bienveillance.


Le yoga n’est pas une compétition ! Allez-y à votre rythme, écoutez-vous, faites en fonction de vos capacités. En plus, le corps et le mental changent tellement d’une séance à l’autre ! Un jour l’équilibre est parfait, un jour vous chutez sans savoir pourquoi… c’est normal :)


Revenons à nos papillons !

Donc, le yoga permet d’équilibrer le corps et l’esprit en combinant des postures avec la respiration et la méditation. Mais savez-vous qu’il existe de nombreux types de yoga ? Avec des rythmes, une intensité, un but différents ?


Laissez-moi vous présenter les plus pratiqués en France. Peut-être découvrirez-vous celui qui est fait pour vous !


Le hatha yoga

C’est le yoga traditionnel dont sont issus les autres types de yoga. Il convient à tout le monde et combine des postures, des techniques respiratoires et de la méditation. Les postures sont maintenues de quelques secondes à quelques minutes afin de tonifier le corps et l’esprit. Il existe des hathas doux et des yogas plus dynamiques tels que le hatha flow.


Le yin yoga

C’est le yoga de la lenteur, de l’énergie féminine. Dans cette société où tout va vite, il permet de se recentrer, de se reconnecter à soi. Si l’objectif du yin est de se détendre, la pratique peut être très intense, puisque les postures sont maintenues plusieurs minutes. Si vous souhaitez travailler votre souplesse, c’est le yoga idéal (même si tous travaillent la souplesse) ! Des accessoires tels que des couvertures et des briques sont souvent utilisés dans cette pratique.


L’ashtanga yoga

C’est un yoga très précis et très dynamique, durant lequel les postures doivent être enchaînées dans un certain ordre et de plus en plus rapidement. Très exigeant et rigoureux, donc ! Il agit sur le souffle, l’endurance, la souplesse et la tonicité du corps.


Le vinyasa yoga

Comme l’ashtanga, c’est un yoga basé sur l’alignement du corps très dynamique. Il s’agit d’enchaîner les postures en les coordonnant à la respiration. C’est le yoga sportif. Les débutants préfèreront acquérir les bases des postures dans des cours de hatha avant de se tourner vers le vinyasa afin d’éviter toute blessure.


Le kundalini

C’est un yoga qui allie le physique et le spirituel dans le but de développer l’énergie. Il est souvent pratiqué par des personnes ayant déjà une connaissance du yoga et une conscience spirituelle. En plus des postures et des exercices de respiration, les cours peuvent comporter des chants ou des mantras, de la méditation. Il permet un excellent équilibre physique, psychique et énergétique.


Le yoga nidra ou yoga du sommeil

Dans ce type de yoga, pas de postures, ou plutôt une seule posture : le savasana. Le yoga nidra est une relaxation guidée durant laquelle vous restez confortablement allongé.e sur le dos. Si vous avez déjà pratiqué la sophrologie, cela ressemble à un exercice de relaxation, avec un relâchement des différentes parties du corps, des respirations, des visualisations. Vous relâchez les muscles, régénérer le corps, déconnectez le mental et améliorez votre sommeil !


Le yoga iyengar

Il s’agit d’un yoga très rigoureux, souvent pratiqué par les personnes souffrant de pathologies chroniques. Il consiste à optimiser l’alignement et la résistance du corps pour soulager les douleurs. De nombreux accessoires de yoga sont utilisés lors des séances : briques, chaises, bolster, sangles, etc., pour le rendre accessible à tous.




Avec tous ces types yogas (et il en a beaucoup d’autres), il y a de quoi trouver chaussure à votre pied ! D’autant plus qu’il existe autant de yogas différents que de professeur.e.s, chacun apportant sa touche, son énergie, son expérience dans son cours. Expérimentez !


Mais si cette discipline n’est décidemment pas pour vous, choisissez une activité physique qui vous convienne. L’important c’est de prendre du plaisir : danses, zumba, sports collectifs, trampoline, arts martiaux, course à pied, roller, vélo, natation, marche rapide…, il y en a pour tous les goûts ;)

Mon rapport au « sport »


Pour celles.ceux que ça intéresse, j’ai décidé de vous parler de mon évolution par rapport à l’activité physique, qui ne fut pas de tout repos (ah ah ah). Si cela peut vous rassurer, vous déculpabiliser, ou vous motiver, j’aurai rempli ma mission ;)


Le « sport » et moi, ça a toujours fait 2. J’ai toujours pensé que je n’étais « pas sportive », « pas souple », « pas assez forte », « trop fragile », « trop nulle » dans telle activité, et bla bla bla.

Après le lycée, où je suis bien heureuse de laisser derrière moi l’endurance et le rugby (j’avais la nausée avant chaque cours), j’alterne des semaines de pratique sportive régulière (course à pied ou vélo une fois par semaine notamment) et des mois entiers de envie-de-rien-faire-le-sport-c’est-dur.


Je découvre le yoga durant mes études en Angleterre il y a 11 ans. A l’époque, j’ai la possibilité d’expérimenter de nombreuses activités proposées par l’université à petit prix. Je ne me suis donc pas gênée ! Cette opportunité me permet d’identifier les activités physiques qui me conviennent le plus : et parmi elles, le yoga. Euréka ! Enfin une activité physique qui ne me ressort pas par les trous de nez !


Mes semaines sont rythmées par 2-3 séances de yoga (motivée motivée !). Je teste plusieurs professeures de yoga, plusieurs types de yoga et plusieurs styles d’apprentissage. Et je me souviens comme si c’était hier des soirs où je rentrais pleine d’énergie malgré une journée de cours harassante, juste après une séance de yoga. C’était la seule activité physique qui ne me laissait pas sur les rotules. Et ce n’était pas faute de transpirer durant la séance ! Non, c’est comme si tout se remettait à circuler dans le corps, comme si toute la fatigue, toutes les stagnations, se transmutait en une belle énergie, saine et puissante. J’avais la patate !


Et puis je remarque quelque chose d’incroyable à force de pratiquer le yoga : je n’ai plus mal au dos ! Pendant 3 ans, mes maux de dos chroniques et mes sciatiques à répétition ne reparaissent pas. Je suis alors persuadée de l’efficacité du yoga sur la santé et le bien-être du corps.


Et puis je pars dans l’extrême. Durant ma dernière année d’étude et mon année de travail en Angleterre, je plonge dans la pratique sportive à outrance pour échapper à une situation personnelle difficile. Je pratique, en plus du yoga, beaucoup de sports qui ne me ressemblent pas, très durs, très éreintants (HIIT, TRX, renfo-cardio en salle, tapis de course+++).


Certes, j’étais bien dans mon corps, mais c’était surtout pour obtenir cette sensation de maîtriser quelque chose dans ma vie qui partait en cacahuète. C’était ma bouée de sauvetage. Sentir mon corps, mes muscles crier grâce, être en nage, était mon seul moyen de ne pas perdre la boule. Ce n’était pas la meilleure chose à faire, mais c’était ma seule option à l’époque. Jusqu’à ce que je plaque tout pour rentrer en France.


Ouf ! De retour dans la maison familiale, je me reconstruis psychologiquement et émotionnellement. J’arrête le sport, mes muscles fondent et – devinez quoi – j’ai à nouveau mal au dos. Mais ce n’est pas grave. C’est une étape pour que ma carapace, ma cuirasse, fonde elle aussi. Renaissance. Papillon power !


Les années suivantes, je retrouve le yoga avec une assiduité en dent de scie. Peu importe si la pratique n’est pas stable, je réalise que j’y reviens toujours. Je ne peux plus me passer du yoga. Lors de ma reconversion en naturopathie, je suis de plus en plus sensibilisée à l’importance du mouvement et j’ai un gros déclic. Je me rapproche de l’écoute de mon corps et de ses besoins. Cela va de la nécessité d’un simple étirement à l’envie de bouger pour évacuer un excès de table ou une émotion. Bouger permet d’équilibrer physiquement, mentalement et émotionnellement le corps. Ce n’est pas un calvaire, c’est un mouvement de vie, un mouvement sain, indispensable et instinctif que nous avons perdu.


Bouger, c’est vivre.


Cela me trotte dans la tête depuis un moment, mais ce n’est que cette année, en juillet, que je débute ma formation pour devenir professeure et transmettre à mon tour tous les bienfaits que cette discipline m’a apportée et m’apporte encore aujourd’hui.


Et vous, quel est votre lien avec l’activité physique ?


Quelle activité aimez-vous pratiquer et pourquoi ?


Partagez votre expérience :)


With love,

Chloé


P.S. : Envie d’expérimenter le yoga ? Retrouvez-moi sur Zoom pour un cours sur donation tous les jeudis de 18h à 19h.

Pour les inscriptions : chloeberger.naturo@gmail.com.


✤ ✤ ✤


D'autres chouettes articles à (re)découvrir :

Les bienfaits de l'exercice physique !

L'importance de la respiration

Pourquoi se reposer ?


MERCI pour votre soutien et votre présence ici !


Chloé Berger

Naturopathe et Sophrologue

Praticienne EMDR, TIPI, Access Bars

Cliquez pour prendre RDV sur Doctolib



31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout